Traitement potentiel au CBG pour la neuro-inflammation ?

Traitement potentiel au CBG pour la neuro-inflammation ?

 

Lorsque nous parlons de cannabis, notre attention est souvent focalisée sur le THC et CBD, il ne faut cependant pas oublier la présence de plus d'une centaine de molécules, chacune ayant ses spécificités.  

Parlons du CBG, le Cannabigerol, une molécule qui s'avère posséder un potentiel thérapeutique intéressant.

Dans cet article, nous discuterons du CBG en tant que traitement potentiel pour lutter contre la neuro-inflammation.

Qu'est-ce que CBG?

Le cannabigérol, connu sous le nom de CBG, est un phytocannabinoïde qui, contrairement au THC, et exactement comme le CBD, n'est pas psychotrope.

Le CBG a été identifié pour la première fois en 1964 par le scientifique Yehiel Gaoni et est composé d'acide cannabigérolique (CBGA), l'un des premiers cannabinoïdes formés dans la plante de cannabis.

Gaoni parle d'un composé terpénophénolique, comme il en existe d'autres présents dans le cannabis, qui peut être divisé en trois molécules différentes, qui, à leur tour, présentent des propriétés chimiques différentes et ont des applications dans les domaines thérapeutique et pharmaceutique.

En effet, pendant la phase de maturation de la plante de cannabis, certaines enzymes agissent et transforment le CBGA en une variété de cannabinoïdes acides, THCA, CBDA, e CBCA.

Le CBG est considéré comme un antagoniste du récepteur CB1 de la système endocannabinoïde. Qu'est-ce que ça veut dire? Cela signifie qu'il peut inhiber les effets des agonistes CB1, en particulier du THC, et donc interférer avec les effets de ces cannabinoïdes.

Qu'est-ce que la neuro-inflammation ?

La neuro-inflammation est un processus inflammatoire « médié par les cytokines » qui peut être provoqué par des lésions tissulaires systémiques, mais est plus souvent associé à des lésions directes de la le système nerveux central.

Le potentiel thérapeutique du CBG

En 2015, des chercheurs du Département de biochimie et de biologie moléculaire de l'Université Complutense de Madrid, ont démontré les propriétés neuroprotectrices du CBG.

Les chercheurs ont utilisé deux modèles in vivo différents de la maladie de Huntington chez la souris, qui se caractérise par un effondrement progressif des cellules nerveuses du cerveau. L'étude a découvert que le CBG était très actif en tant que neuroprotecteur, améliorant les déficiences motrices et protégeant les neurones en même temps.

CBG et Neuro-inflammation

L'étude de recherche publiée dans PubMed en juin dernier, a étudié le rôle du CBG dans la neuro-dégénérescence, principalement causée par l'inflammation et le stress oxydatif.

« Il est intéressant de remarquer – peut-on lire dans le rapport d'étude – que différents composés naturels peuvent être capables d'exercer des actions neuroprotectrices contre l'inflammation et le stress oxydatif, tout en protégeant la perte de cellules neuronales ».

Parmi ces sources naturelles Cannabis et cannabigérol (CBG) sont mentionnés, dont les propriétés antioxydantes ont déjà été démontrées dans les macrophages. Les macrophages sont des cellules appartenant au système phagocytaire. Leur fonction principale est d'incorporer dans leur cytoplasme des particules étrangères, y compris des micro-organismes, et de les détruire.   

Dans cette recherche, l'objectif était d'évaluer la capacité du CBG à protéger les « motoneurones NSC-34 de la toxicité provoquée par les macrophages RAW 264.7, stimulés par le LPS ».

« À l'aide du test MTT, nous avons observé qu'un prétraitement avec du CBG pouvait réduire la perte de cellules vitales, provoquée par les macrophages, stimulée par le LPS dans les cellules NSC-34 ».  

Le prétraitement au CBG a non seulement neutralisé l'inflammation mais également la forme de stress oxydatif.

En conclusion, ces résultats ont indiqué les effets neuroprotecteurs du CBG, qui pourraient constituer un traitement potentiel contre la neuro-inflammation et le stress oxydatif.

0 commentaires

Écrire un commentaire

Les commentaires sont modérés