Cannabis, entretien avec E. Biavati "En Italie la situation est douloureuse"

Cannabis, entretien avec E. Biavati "En Italie la situation est douloureuse"

 

 
Elisabetta Biavati utilise le cannabis depuis environ deux ans maintenant comme traitement et depuis trois ans elle anime un groupe sur Facebook « Dolore e Cannabis Terapeutica » (« Douleur et cannabis thérapeutique ») dans lequel elle rassemble les demandes des consommateurs/patients et qui s'est rapidement transformé en un véritable Courtoisie, défendre les droits et les raisons de tous ces patients qui trouvent aujourd'hui un soulagement et des solutions thérapeutiques dans le cannabis.  
Nous avons discuté un moment avec Elisabetta et lui avons posé quelques questions sur la situation actuelle en Italie.

 

Partons de la situation actuelle ; Existe-t-il du cannabis à usage thérapeutique ? Est-il revenu chez les Chimistes ? Au cours des derniers mois, nous avons souvent entendu parler de difficultés d'approvisionnement.

Malheureusement, la situation du cannabis médical en Italie est vraiment douloureuse ; petites fournitures fait arrivent, mais ils n'ont pas pu couvrir toutes les prescriptions inscrites sur les listes d'attente des pharmacies et hôpitaux territoriaux. 

Le problème majeur est qu'ils ne sont pas en mesure d'assurer la continuité thérapeutique dont nous avons besoin. Depuis mai dernier, nous avons commencé à dénoncer ces absences dans les produits, d'abord en ce qui concerne Bedrolite et Bediol et en juin les premiers signes de manque de Bedrocan, pour finir avec tous les autres.
 

Depuis quand utilisez-vous du cannabis médical ? Lorsque les stocks sont épuisés, que se passe-t-il ?

J'utilise du cannabis thérapeutique depuis environ deux ans maintenant ; un programme thérapeutique spécifique avec Bedica et Bedrocan. Cela fait pratiquement deux mois que j'ai terminé ma thérapie et je n'ai aucune garantie de continuité thérapeutique.

Tout cela a entraîné une grave détérioration de mon état de santé, du zéro contrôle absolu de la douleur à l'anorexie collatérale causée par l'utilisation de médicaments antiépileptiques, jusqu'à une neuropathie affectant également l'intestin et qui, n'étant pas sous contrôle, entraîne une perte de poids importante due à une dysenterie sévère.

C'est arrivé à un point tel que juste ces jours-ci, ils ont dû me mettre sous nutrition parentale. Ce n'est peut-être pas une bouée de sauvetage, mais cela dépend toujours de ce qu'une personne entend par « qualité de ma vie ». Pour moi ce n'est pas la vie...

 

Sur Facebook, vous êtes l'un des administrateurs du groupe « Con la Cannabis mi curo » (Je me soigne avec du cannabis); quels sont les sujets les plus abordés par les utilisateurs/patients ?

j'ai crée le groupe Dolore et cannabis thérapeutique (Douleur et cannabis thérapeutique) en août 2016 et après cela aussi le groupe Con la Cannabis mi curo (Je me soigne avec du Cannabis), qui n'existe plus et a été absorbé par le premier groupe.

La raison exacte pour laquelle j'ai ouvert ce groupe était que je voulais que les autres évitent tout le chaos que j'ai connu lors de la recherche de médecins, d'hôpitaux et d'informations sur cette thérapie ; il est maintenant devenu un Comité représentant ses propres besoins auprès de l'opinion publique.  
 
Les arguments les plus discutés sont sûrement vers qui s'adresser, les médecins prescripteurs, quelles sont les thérapies les plus utilisées et quels sont les effets secondaires. Nous échangeons des expériences et des informations et souvent nous nous soutenons et nous nous entraidons.

 

 

Le prochain gouvernement reviendra très probablement sur l'argument « Cannabis » et le traitera : de votre point de vue, quelles sont les priorités sur lesquelles travailler le plus d'urgence ?

Sans aucun doute le droit d'obtenir le traitement sans frais sur tout le territoire national couvert par le Service national de santé, conformément à la loi budgétaire 2018, procéder à la loi sur le cannabis médical afin de créer la possibilité de faire des recherches sérieuses en Italie, qui il y aura de nouveaux individus qui pourront cultiver du cannabis de manière médicale et contrôlée, que le nombre de maladies traitées avec le cannabis augmentera et que la communauté médicale sera préparée et éduquée.

 

Dans le passé, vous avez écrit au ministre Lorenzin, qu'a-t-il répondu ?

Dans le passé, nous avons fait deux choses concrètes : une mise en demeure au nom de près d'une centaine de patients concernant la violation de l'article 32 de la Constitution, car on ne nous garantissait pas le droit à la guérison ni la continuité médicale, ce qui est extrêmement facteur important dans n'importe quel traitement médical de la douleur chronique ! et à laquelle nous n'avons jamais reçu de réponse formelle !!!!

Suite à une lettre ouverte au Ministre Lorenzin à laquelle le Docteur Germana Apuzzo a répondu, disant essentiellement d'attendre qu'ils aient fait une annonce publique, autorisé les cultures à la SCFM (Etablissement Militaire Pharmaceutique Chimique) et commencer les importations….et nous attendons toujours !
 

Un vœu pour l'avenir ?

le Comitato Pazienti Cannabis Medica (Comity of Medical Cannabis Patients), nous opérons dans de nombreuses régions et pouvons voir un grand intérêt à collaborer, notre souhait est donc que nous allions tous vers une ouverture culturelle et sociale concernant cette thérapie, que l'idée qu'il s'agisse d'une drogue prendra fin et que nous, les malades, sommes autorisés à nous soigner sans sacrifices financiers, nous ne sommes pas en mesure de supporter, sans l'anxiété et la peur générées par le manque de certitude de pouvoir continuer la thérapie le mois prochain , semaine ou jour !!!!!
 

Propos recueillis par Giuseppe Cantelmi

 


 

0 commentaires

Écrire un commentaire

Les commentaires sont modérés